Solenne et Ousbeck
Et oui, voilà exactement une semaine et un jour que Solenne et Ousbeck sillonnent les chemins de la région Rhône Alpes…(pour l’instant !). Et c’est moi qui suis chargée d’envoyer les fraîches nouvelles du front ! Je suis donc partie en immersion totale les 5 premiers jours pour suivre, à vélo, le début du périple !
Solenne m’a d’ailleurs devancée en donnant un petit aperçu de la semaine sur le précédent billet…mais là, il y aura quelques photos en plus, pour la postérité !

Voici aussi un petit récit plus détaillé des péripéties des 5 premiers jours !

  • Lundi 2 avril : oui, d’accord le départ était prévu le 1er mais évidemment personne n’y a cru…(oh le beau poisson !). Non, plus sérieusement…ce fut une sage décision de reporter l’heure du décollage : dernières mises au point du matériel, remplissage et équilibrage des sacoches, ultimes petits achats et … gros dodo réparateur !!! Bref, ces quelques heures de plus ne furent pas de trop pour récupérer une équipe fraîche et dispose le lundi matin ! fermeture des sacochesdépart













Le soleil est là et nous démarrons …à 11h ! Merci à Joy et Guillaume présents au départ ainsi qu’à Maud qui a pédalé toute la journée ! Départ tardif, chaude journée, Ousbeck encore peu entraîné…16h30 : halte au kilomètre 15 ! Nous sommes sur les dessus (presque !) de Chambéry dans le champs d’un paysan du village de St Baldophe. Le pique-nique nous est gracieusement apporté par Sandrine, Pierre et Nicolas …merci !

nos montures

  • Mardi 3 avril : La matinée est ponctuée d’averses ! Premiers essayages de bâche plus ou moins concluants sur Ousbeck ! Pour l’instant, Solenne marche à pied la majeure partie du temps…il faut qu’il se muscle ce petit !

la bâchenoir et blanc






La pluie nous poursuit et nous rattrape à Poncharra ! Cette fois c’est sous les coups de tonnerre et une pluie battante que nous continuons. Il nous faut à tous prix nous rendre sur les hauteurs pour être sûr de trouver un endroit pour la nuit… Nous sommes trempées jusqu’aux os et c’est au Villard que nous sommes recueillies par des gens d’une extrême gentillesse ! Ils nous offrent un bon thé chaud, sèchent nos vêtements, nous invitent au petit-déjeuner et nous gâtent pour le pique-nique du lendemain (œufs durs de la ferme, crêpes et chocolat !). Ousbeck a droit a une belle botte de foin !

au villard


Premier repas du soir au réchaud : soupe lyophilisée aux 7 petits légumes avec touche personnelle de la cuisinière : ajout de petits vermicelles ! Ovation pour… Solenne !! (qui, pour ceux qui ne le savent pas, déteste faire la cuisine…).

  • Mercredi 4 avril : 7°C et un vent de force…bon je ne m’y connais pas mais ça souffle très fort ! C’est reparti ! Il est difficile, même en se levant à 7h00, de partir tôt…il nous faut (à deux !) presque deux heures pour tout plier ! S’habiller, faire tremper l’orge pour Ousbeck, lui donner à boire, le brosser, plier nos sacs de couchage et tentes, rééquilibrer les sacoches (donc les peser !), sceller et …petit-déjeuner en marchant déjà, sinon, c’est presque l’heure de…déjeuner ! !

matin rangementmatin belledonne

Nous évitons les cols prévus pour aujourd’hui, la neige est très basse ! Nous redescendons donc dans la vallée,…quelques portions de routes départementales et même un « chouille » de nationale…pas très marrant ! Nous ne passons pas inaperçu…tout le monde se retourne sur notre passage : « Vous allez où ? », « On dirait un cheval de cow-boy », « Il est trop beau, regarde maman… », « Comment il s’appelle ? » (et nia nia nia…et moi personne me dit que mon vélo « il est trop beau » et jamais personne non plus me demande combien il a de vitesse ou quoi….hein, ça évidemment, tout le monde s’en fout, y’en a que pour Solenne et Bebeck…grrrr !!! Je boude !)


Il est presque 17h30 et nous marchons encore…et ce n’est pas terminé, il nous faut à nouveau nous éloigner de la ville et donc, je vous laisse deviner…grimper sur les hauteurs! Nous osons un raccourci particulièrement raide (qui nous évite, en passant, plus d’un demi-heure de marche par la route)… Mais quelle bonne blague,… il débouche sur une bonne vieille barrière de sécurité en fer (comme celles des autoroutes !) : impossible de faire passer Ousbeck…il y met du cœur pourtant. Nous tentons désespérément de surélever le sol avec de grosses pierres pour lui faciliter la tâche,…peine perdue, il faut rebrousser chemin ! Solenne ne veut pas non plus risquer la blessure…


Il est 19h3o lorsque nous trouvons enfin un endroit pour bivouaquer. Là encore, les gens sont supers, ils tiennent une ferme découverte et nous offre un litre de jus de pommes fait maison (dont Solenne a abusé, à mon avis, vous saurez pourquoi demain) ! Ousbeck peut, quand à lui librement gambader dans un près appétissant à souhait ! Il a pour voisins de palier une joyeuse troupe de lamas et pour voisins d’en face deux ânes gris plutôt loquaces ! Nous nous amusons à le regarder se faire peur en les approchant, courageux Bebeck, va !


nb vigne